← Go back to resources | This resource is available in English, Spanish, Italian, French

Discernement en commun

Étapes pour un processus efficace de discernement en commun

Introduction au discernement en commun

Le discernement dans l’Église primitive

On doit prendre des décisions cruciales… ensemble

Le problème faisait surgir beaucoup d’émotion et de tension. On sentait des réactions fortes et des points de vue bien enracinés chez les partisans des diverses options. Est-ce que l’Église allait accueillir les non juifs? Ou demeurerait-elle un groupe à l’intérieur de la communauté juive? Comment parviendrait-on à une décision? Comment sortirait-on de l’impasse?

Actes 15, 1-21 : Le Concile de Jérusalem

Le discernement – une manière de vivre

Le discernement est de plus en plus connu et pratiqué dans le monde religieux; des variantes séculières se font jour et on le voit comme une dimension vitale de la prise de décision. Cepen-dant. le discernement ne porte pas, dans son essence, sur la prise de décision ou sur la résolu-tion de questions ou de problèmes. Il est, fondamentalement, une manière d’être. Il permet de saisir comment l’Esprit est au travail dans nos vies et dans notre monde. Il permet d’apprendre comment ressentir dans quelle direction l’Esprit souffle et d’apprendre à suivre cette direction. Si l’on apprend à syntoniser la longueur d’ondes de l’Esprit, alors on pourra prendre plus faci-lement des décisions sur des questions concrètes. Au contraire, si l’on ne sait rien du discer-nement des esprits, on ne pourra véritablement prendre de bonnes décisions qui soient en ac-cord avec ces esprits. Mais il faut donc avant tout « goûter » les esprits.

La distinction entre le processus de prise de décision et les règles du discernement des esprits trouve son origine dans les Exercices spirituels; on constate que les règles du discernement des esprits sont dans une autre section que les lignes directrices pour l’élection.

Il est vital d’éviter d’être pris au piège dans une méthodologie mécanique qui imagine le dis-cernement simplement comme une méthode parmi d’autres. Il s’agit d’une manière d’être en-globante.

Au moins deux types de discernement en commun

Le discernement lié à une situation et le discernement pour prendre une décision

Il y a divers types de discernement que peuvent vivre, au long de leur existence, des groupes ou des individus.

Le discernement lié à une situation

Il peut impliquer, par exemple en cherchant à discerner les défis séculiers dans un pays, l’atmosphère dans une communauté, dans l’ensemble d’une Province ou, bien sûr, pour l’ensemble de la Compagnie de Jésus. Il implique de réfléchir sur des données, des faits, en se demandant simplement « Qu’est-ce qui se passe dans cette situation? Quelles sont nos diverses réactions? Quels sont les motions de notre cœur devant ces défis? » Savoir discerner ces motions intérieures est important. Une Province ou une communauté peut se trouver en état fondamental de consolation ce qui donne aux pensées, aux réactions et aux interactions un caractère d’authenticité. Mais une Province ou une communauté peut expérimenter la désolation et alors, diverses expressions émergeront de cette désolation. Ainsi donc, comme nous l’a appris saint Ignace, on ne peut se fier à l’analyse d’une situation qui est faite dans un contexte de désolation.

Le discernement en vue de décisions à prendre

Ignace identifie trois types de situations qui visent à des décisions. La première est le cas où une options apparaît si clairement venir de Dieu qu’on n’a qu’à se lancer. Une deuxième exige un temps de réflexion durant lequel on soupèse les « pour » et les « contre » sans passion. Enfin, on trouve la situation dans laquelle le groupe ou la personne se sent ballotté entre différents « mouvements » du cœur, dans laquelle la perspective de la décision fait naître de fortes réactions et des mouvements intérieurs de l’esprit et de l’âme. Si quelqu’un est en état de désolation ou qu’il est sous l’influence du Mauvais Esprit, Ignace propose de ne rien changer. Il suggère de tenter de ne pas être influencé par ces mouvements et d’attendre un temps de consolation pour poursuivre le discernement.

Questions pour la réflexion

  • Je me remets en mémoire une décision que j’ai dû prendre personnellement; puis-je identifier les éléments de discernement qui étaient impliquées?
  • Je me rappelle une décision qui a été prise en groupe; quels sont les éléments de discernement, s’il y en a eus, qui ont été pris en compte? Une personne a-t-elle dominé? S’est-il agi d’une décision prise librement? Quel sentiment ai-je par rapport à mon rôle dans le groupe?

step 1

Préparation du groupe

Back to menu ↑

CE QUE NOUS DEVONS FAIRE

1. Préciser la question ou le problème à discuter.

2. Réunir les principales parties prenantes et leur exposer brièvement la démarche.

3. Définir les objectifs et les attentes du groupe.

4. Préciser qui prendra la décision définitive, le groupe ou un individu.

« Le discernement en commun est la condition préalable à la planification apostolique, à tous les niveaux de la structure organisationnelle de la Compagnie. »

Père Arturo. Sosa, Lettre du 27 septembre 2017

LES IDÉES PRINCIPALES

Au départ de tout discernement en commun, il est essentiel de préciser la question; il faut comprendre le contexte, étudier la mission et vérifier que la question exige bien un discernement en commun.

Une fois précisés la question ou le problème, on peut décider qui doit participer à la démarche. Ce seront des experts du domaine en question; jésuites, laïcs, femmes, membres d’autres instituts religieux, d’autres traditions de foi ou d’autres cultures. Pour certains, ce sera peut-être leur premier discernement en commun et, avant de commencer, il faudra leur exposer (brièvement, 1 heure) les bases de la conversation spirituelle et de la liberté spirituelle. Les autres exercices présentés dans les présents documents peuvent se faire étape par étape dès la première fois. Pour amorcer la démarche et familiariser le groupe avec le discernement en commun, on suggère une sorte de répétition sur un sujet sans conséquence (par exemple, où on ira dîner); cela permettra aux participants de découvrir les étapes de la démarche et de voir ce qui les attend. Le groupe se soudera et sera plus à l’aise à mesure qu’il progressera dans la démarche.

D’entrée de jeu, on veillera à formuler le rôle et les objectifs du groupe, ce qu’on attend du groupe, le suivi qu’il faudra assurer et le niveau d’engagement requis.

Avant d’entreprendre un discernement en commun, il faut préciser l’autorité pertinente: quel rôle précis joue le groupe et à qui revient la décision finale : le groupe décidera-t-il par consensus ou la personne responsable tiendra-t-elle compte de la suggestion du groupe avant de décider ? Au moment de créer un groupe, il faut porter attention aux conflits qui pourraient exister: un employé en face de son patron, par exemple, pourrait ne pas se sentir libre de s’exprimer. Si le conflit ne peut être évité, on pourra utiliser certains outils comme des grilles de rétroaction anonymes.

VIDEO - Préparation du groupe

https://www.youtube.com/watch?v=cOJWHlIjGXw

LE COMMENT

“Le discernement est une clé pour naviguer dans un monde apparemment rigide.”

Le pape François

    • Préciser la question
    • 5 fois pourquoi: Creuser le sujet jusqu’à au moins 5 niveaux de profondeur en reposant la question « pourquoi ».
    • Qui, quoi, quand, où, pourquoi, comment: Ces questions couvrent l’essentiel et vous aident à comprendre la situation et le contexte.

Réunir et former les principales parties prenantes

    • la liberté intérieure -> quel conseil donneriez-vous à quelqu’un d’autre?
    • l’écoute -> la conversation spirituelle
    • la mission -> le nom de la grâce
    • l’union des cœurs -> le sens de l’histoire

Définir pour le groupe des objectifs

    • Précis, mesurables, réalisables, pertinents et limités dans le temps.
    • Identité-Vocation-Mission: qui sommes-nous? À quoi sommes-nous appelés? Comment répondre à l’appel?

Préciser qui prendra la décision définitive

    • Préciser l’autorité pertinente. Préciser le pouvoir du groupe et son autorité.
  •  

QUESTIONS POUR LA RÉFLEXION

  • Est-ce que je comprends bien le problème?
  • Exige-t-il un discernement en commun?
  • Suis-je en mesure de piloter toute la démarche?
  • Ai-je besoin d’aide, d’animateurs par exemple?
  • Me faut-il d’autres ressources, d’autre matériel?
  • Suis-je disposé à entrer dans tous les aspects du discernement en commun?
  • Suis-je libre d’entrer dans la démarche?
  • Ai-je des préférences personnelles?

step 2

Colliger les données

Back to menu ↑

CE QUE NOUS DEVONS FAIRE

1. Colliger l’information pertinente

2. Faire l’analyse et la réflexion

3. Présenter l’information et l’analyse aux membres du groupe

4. Consacrer du temps à la prière personnelle

 

« Il faut recueillir sur le sujet à traiter une information complète, de qualité et accessible à tous. La qualité du discernement dépend de la précision de nos connaissances sur la question à trancher et sur le résultat à attendre d’une démarche aussi complexe qu’exigeante. On évitera ainsi de banaliser le ‘discernement’ en invoquant le mot pour justifier des décisions, grandes ou petites. »

Père Arturo Sosa, Lettre du 27 septembre 2017

LES IDÉES PRINCIPALES

Le discernement requiert que les participants disposent d’une information fiable et pertinente. Il faut nécessairement faire l’effort de recueillir les données nécessaires. Ces données ne sont pas seulement des faits, des chiffres ou des rapports d’experts. Il est tout aussi important d’y inclure les points de vue, les suggestions, la rétroaction et même les réactions affectives de consolation et de désolation, en particulier chez les personnes les plus affectées par la question à l’étude. On accordera aussi une attention particulière à l’opinion et à l’expérience des personnes marginalisées. Très souvent, cette expérience ne s’exprime pas directement ou verbalement. Consulter, c’est aussi formuler ses observations dans une attitude de sensibilité pastorale et d’écoute du cœur.

Une fois recueillies les données, il faudra procéder à une analyse préliminaire. On pourrait, par exemple, examiner les conséquences que pourraient entraîner ces données, relever des points importants ou surprenants, dégager des thèmes récurrents ou établir des comparaisons ou des projections. Il arrive que la cueillette et l’analyse des données se répètent: l’analyse fait parfois ressortir la nécessité d’aller chercher un complément d’information. Mais comme la perfection est impossible en matière d’information et d’analyse, il faut limiter le temps consacré à ces étapes. Plus on aura cerné clairement la question à discerner et les objectifs de l’exercice, plus la cueillette de données et l’analyse toucheront juste. Il va sans dire que les personnes qui procèdent à la cueillette des données et à leur analyse le font dans un esprit d’indifférence, d’ouverture et de docilité à l’Esprit de Dieu.

On fera parvenir à toutes les personnes invitées à participer au discernement un résumé des principaux renseignements et des grandes idées qui s’en dégagent. Il faudra donner à chacune le temps de réfléchir et de prier sur cet apport, et la possibilité de demander des éclaircissements sur les renseignements fournis, si nécessaire. Il est important de proposer aux participants des pistes pour la prière, et même des questions précises sur lesquelles prier.

Colliger les données

Colliger les données

LE COMMENT

“The greatest value of a picture is when it forces us to notice what we never expected to see.”

John Tukey, American Mathematician

Gather relevant information

  • Collation of basic facts and figures from reliable sources
  • Inputs from subject matter experts
  • Stakeholder mapping
  • 360-feedback
  • Interviews and focus groups
  • Surveys
  • Informal conversations
  • Observation

Carry out analysis and reflection

  • SWOT -> Strengths, Weaknesses, Opportunities and Threats
  • PESTLE -> Signs of the times: Political, Economic, Social (including religious and cultural), Technological, Legal, Environmental trends.
  • Problem Tree -> Problem, Root causes, Consequences
  • Impact analysis -> Short and long term impact of an event, and of the alternative actions
  • Historical analysis -> Understanding the historical evolution of the issue
  • Cost-benefit analysis -> Potential costs and benefits of an event or proposed action
  • Pros and cons -> Listing the positive and negative aspects of each option, relative to the objectives that were established in previous step
  • Pastoral cycle -> See, judge, act
  • Lights and shadows -> What are the lights and shadows?
  • General observation -> Examining the implications of the data, the significant or surprising points, recurrent themes, resonances and tensions; or making comparisons.

Present the information and analysis to group members

  • Summarize the data and analysis into a brief report, and disseminate to group members

Spend time in personal prayer

  • Scripture texts
  • Guidelines for discernment of spirits
  • Suggested process and questions for prayer

1) Do you feel biased about something. If so, what is the cause.

2) What brings you joy and hope here.

3) What is causing you confusion or distress

4) What do you feel as the main call from God.

  • Write down the insights or fruits from personal prayer.
  •  

QUESTIONS POUR LA RÉFLEXION

  • Que voulons-nous trouver?
  • D’où viendront vos données?
  • Qui seront les derniers utilisateurs des conclusions de votre analyse?
  • Quelle approche visuelle choisir pour présenter vos données?
  • Est-ce que je comprends les données?
  • Vous sentez-vous prévenu, partial, sur quelque point? Si oui, quelle est la cause de votre parti pris?
  • Qu’y a-t-il ici qui vous apporte de la joie et qui vous donne espoir?
  • Qu’est-ce qui provoque chez vous de la confusion ou de l’angoisse?
  • Qu’est-ce que vous ressentez comme étant l’appel principal de Dieu?

step 3

Discussion et décision provisoire

Back to menu ↑

CE QUE NOUS DEVONS FAIRE

1. Nous réunir et partager les fruits de la prière.

2. Pour chaque option, tout le groupe examine les inconvénients en fonction de l’objectif.

3. Prière personnelle.

4. Rechercher le consensus qui prend forme

5. Consacrer du temps à la confirmation.

 

LES IDÉES PRINCIPALES

Quand les membres du groupe auront pris le temps de prier sur toute l’information reçue au sujet de la question (du problème?), un partage des fruits et des motions spirituelles permettra à chacun de percevoir ce qui, aux yeux du groupe dans son ensemble, paraît avoir le plus de poids et d’importance pour la décision à prendre.

Cet exercice peut amener le groupe à reconsidérer la question posée ou à la reformuler de manière plus précise.

Vient alors le moment de rechercher le pour et le contre ou, comme le suggère saint Ignace dans les Exercices, les « avantages » et les « inconvénients » de chacune des options ou des propositions alternatives à considérer. On fera cet exercice sans jamais perdre de vue l’identité, la vocation et la mission du groupe, et, à un niveau plus profond, le plus grand service et la plus grande louange de Dieu. Au moment de partager, il s’agira d’inviter les participants à une grande écoute et à une grande liberté intérieure : qu’ils s’efforcent de se tenir en équilibre comme l’aiguille d’une balance pour considérer, de cette position, les raisons et les motions intérieures qui les font pencher d’un côté ou de l’autre.

Dans le temps personnel qui suit, chacun est invité à faire son choix.

Quand chacun aura présenté son choix, avec ses raisons, à l’ensemble du groupe, le groupe cherchera à atteindre un consensus. Il sera bon de rappeler à tout le monde la différence entre consensus et unanimité. Dans le consensus, on cherche à percevoir ce qui attire le groupe, en tant que groupe, par-delà les opinions personnelles.

La décision qui émerge sera d’abord regardée comme provisoire. Il faudra du temps pour la présenter au Seigneur afin qu’Il puisse la confirmer par la paix et la joie qu’elle suscite. L’élection, dans les Exercices spirituels, est confirmée par la contemplation de la passion et de la résurrection du Christ. Les exercices autour du mystère pascal sont tout indiqués pour ressentir que le Christ reçoit l’élection qu’on a faite comme une participation à sa propre mission salvifique.

Discussion et décision provisoire

Discussion et décision provisoire

LE COMMENT

 

La personne qui préside à la démarche s’efforce de « lire un consensus » et elle le vérifie auprès du groupe. S’il ne se dessine pas de consensus, la personne qui préside peut explorer des zones de consensus. Dans ce contexte, un débat ouvert pourra être utile. En dernier recours, le groupe peut décider de voter.

  • Se réunir pour partager
  • Conversation spirituelle

Le pour et le contre

  • 4 colonnes
  • TRIZ
  • Le nom de la grâce

La prière personnelle

  • Points pour la prière
  • Textes de l’Écriture

Recherche d’un consensus en émergence

  • Rétroaction anonyme
  • Vote indicatif

Donner du temps pour la confirmation

  • Conversation spirituelle
 

Lignes directrices pour la conversation spirituelle

Pour les membres du groupe

1. Choisissez quelqu’un pour être le chronométreur. (Voir ci-dessous)

2. Quand une personne parle, les autres se taisent.

3. Écoutez avec attention, dévouement et révérence.

4. Accueillez ce qui est dit avec gratitude. Chaque personne est l’expert de sa propre expérience.

5. C’est bien de ne pas être d’accord, mais cela ne doit pas être exprimé avant le deuxième tour de partage.

6. Partagez ce que vous pouvez et ce que vous voulez partager.

7. Partagez brièvement et clairement.

8. Le petit groupe n’est pas l’endroit pour résoudre les problèmes.

9. Les temps de silence sont appropriés et nécessaires. Ne vous précipitez pas pour remplir le silence.

10. Gardez confidentiel ce qui est partagé.

11. Utilisez “je” lorsque vous parlez ; n’utilisez pas “nous” ou “vous”.

Pour le chronométreur

Avant que le groupe ne commence : Dites à tout le monde à quelle heure le groupe s’arrêtera. Dites combien de temps, approximativement, chacun aura pour partager au cours du premier tour. Respectez le temps alloué pour que chacun ait la chance de partager.

Au début de la réunion, environ 10 minutes peuvent être consacrées à l’introduction du processus, suivies de 30 minutes à 1 heure pour la prière personnelle et la révision de ses propres réflexions sur les Préférences apostoliques universelles. (Voir “Préférences apostoliques universelles : Questions pour la prière et la réflexion”) Après ce temps de prière personnelle, le groupe peut commencer les trois rondes de partage.

Les trois cycles de partage

Premier tour. Un à la fois, chacun partage le fruit de sa prière. Les autres écoutent attentivement. Au cours de ce tour, il n’y a pas d’interactions entre les participants, sauf pour demander une explication sur un mot ou une phrase, si nécessaire. Comme vous écoutez, soyez conscient de la façon dont vous êtes ému, quand vous vous sentez en harmonie avec les autres, quand vous sentez la tension, ce qui vous a frappé comme les autres ont partagé.

Réflexion silencieuse (peut-être cinq minutes) sur ce qui a été partagé, et votre réponse affective.

Deuxième tour. Celui qui le souhaite peut partager les fruits de ce moment de réflexion silencieuse. Ceci sera suivi d’un temps de dialogue sur la façon dont le partage d’une autre personne vous a affecté ou vous a donné des aperçus plus profonds ou une nouvelle perspective.

Réflexion silencieuse (peut-être cinq minutes) suivie d’un partage sur les thèmes communs ou les points importants qui émergent, ainsi que les divergences d’opinion, le cas échéant.

Troisième tour. En recueillant le fruit de l’exercice, chaque personne, si elle est émue, peut prier à haute voix en remerciant Dieu ou en demandant une grâce spécifique.

Brève évaluation (peut-être cinq minutes) sur la façon dont le groupe s’est déroulé.

QUESTIONS POUR LA RÉFLEXION

  • Suis-je en paix face à cette décision?
  • Est-ce que je suis à l’aise actuellement, surtout si la voie que je tenais pour la meilleure ne fait pas consensus? Ou est-ce que je me sens mal à l’aise?

step 4

Décision et action

Back to menu ↑

CE QUE NOUS DEVONS FAIRE

1. Prendre la décision définitive.
2. Mettre en œuvre des actions.
3. Évaluer la progression.

Décision et action

Décision et action

LES IDÉES PRINCIPALES

Le groupe qui discerne a préparé un projet de décision. S’il a bien travaillé, le fruit n’est pas seulement la réponse à une question, mais aussi un état d’indifférence, c’est-à-dire une attitude d’ouverture à la volonté de Dieu et la capacité d’accepter différentes bonnes options, car le discernement porte généralement sur plusieurs bonnes options. Le temps est maintenant venu pour l’autorité compétente de prendre la décision définitive. Cette personne doit prendre en compte toute la démarche qui a été faite, mais aussi se sentir libre par rapport à la décision à prendre. Elle a la responsabilité d’interpréter la volonté de Dieu à travers la démarche qu’a vécue le groupe de discernement. Le décideur doit expliquer pour quelles raisons il prend telle ou telle décision et communiquer son message de manière adéquate.

La mise en œuvre est un moment très important. Le leader et son équipe de leadership doivent décider des actions qui incarneront la décision prise et commencer le plus tôt possible à les déployer. Le discernement demande du temps de réflexion, c’est un moment de prudence et de considération attentive de l’information et des sentiments intérieurs. La mise en œuvre est le temps de l’action. Elle exige une attitude nouvelle et entreprenante. C’est l’heure du leader. Le responsable doit donner des directives claires, et le faire au bon moment, afin d’atteindre les objectifs fixés. Faute de quoi, les gens se sentiront désorientés et découragés.

L’évaluation a lieu une fois que des décisions importantes ont été mises en œuvre et que le groupe peut avoir une bonne idée de ce qui se passe. Elle doit se faire en temps opportun. À la faire trop tôt, on risque de ne pas pouvoir encore juger de l’impact des actions mises en œuvre. L’évaluation examine les objectifs et les buts fixés, mais elle considère aussi les objectifs intérieurs comme l’engagement, l’espérance, l’endurance, la solidarité…, afin de voir s’il y a ou non croissance en ces domaines. En ce sens, elle doit évaluer les données que le groupe peut recueillir. Mais elle doit aussi aller plus creux, jusqu’aux mouvements intérieurs. L’évaluation comporte donc du discernement, encore une fois, et, après avoir considéré les données recueillies, elle peut retrouver l’atmosphère de discernement qui permet de mettre en commun des mouvements intérieurs.

LE COMMENT

 

La décision définitive

  • Le cycle du pouvoir
  • Vie — Mort — Résurrection
  • Indifférence

Célébrer la décision définitive: une façon de confirmer la consolation que nous avons reçue quand nous avons perçu la voix de l’Esprit.

Communiquer la décision définitive de manière adéquate aux différentes parties prenantes (les personnes qui ont participé au discernement et celles qui seront associées à la mise en œuvre). La communication doit porter non seulement sur la décision comme telle, mais sur ses motifs et sur la démarche que le groupe a suivie pour y arriver.

Mettre en œuvre

  • Plan de communications
  • Plan sur les ressources
  • Objectifs précis, mesurables, réalisables, pertinents et limités dans le temps
  • Gestion du changement

La mise en œuvre variera considérablement selon les domaines où elle s’applique.

Communiquer clairement la décision, la façon dont elle s’appliquera et les valeurs que nous voulons promouvoir; le message s’adresse aux personnes qui participeront à la mise en œuvre.

Il faut toujours à la fois une sorte d’accompagnement de ce qui se fait et une rétroaction à ce qui est arrivé.

Évaluer

  • Indicateurs clés de performance (KPI)
  • Sondages
  • Tableau de bord équilibré

Il y a deux étapes:

1) Recueillir des données objectives qui couvrent les principaux domaines de la mise en œuvre.

2) Consacrer et à la conversation spirituelle du temps pendant lequel les membres du groupe partageront les mouvements intérieurs qu’ils ressentent (consolations et désolations) sur ce qui est finalement arrivé. Les deux étapes sont importantes et peuvent conduire à de nouvelles décisions.

 

Pin It on Pinterest